Instant Critique
Accueil » Actualités » Société » Ce que cache l’association BonSens.org
Société

Ce que cache l’association BonSens.org

Publicité

[ERRATUM du 26.10.2020] Contrairement à ce qui a été dit plus bas, les vidéos de l’association sont bien accessibles depuis leur page d’accueil. Nous présentons nos excuses aux lecteurs et aux membres concernés. Notons toutefois que cela n’enlève rien, in fine, à la contradiction entre le contenu de ces vidéos et cette volonté d’apporter du bon sens au débat publique.

L’association Bon Sens semble cacher ses intentions au grand public et plus particulièrement aux internautes qui naviguent sur son site web. Une page qui recense des vidéos n’est accessible que depuis le plan de site (sitemap) et n’est référencée nul part ailleurs dans la navigation. Que contient cette page ?

Des Fake News principalement

Le sitemap d’un site est un fichier nécessaire à l’indexation d’un site web. Il contient l’ensemble des pages, des articles et des catégories. Ce plan de site est dans la majorité des cas public et accessible afin que les robots d’exploration Google ou Bing puissent indexer le site. Il se présente généralement sous cette forme : https://exemple.com/sitemap.xml

En naviguant dans le sitemap du site de l’association Bon Sens, on y découvre une page qui ne parait nul part sur le site. Elle existe, mais les auteurs du site ne l’ont pas rendue accessible depuis la navigation traditionnelle. Voici la page en question : https://bonsens.info/videos-bons-sens/

Capture de la page vidéos de l’association Bon Sens

On y retrouve tout le gratin des fake news et autres théories farfelues. Ema Krusi, proche de Jean-Jacques Crèvecoeur et Tal Schaller. Alexandra Henrion-Caude, une généticienne désavouée par l’INSERM. RT France, l’usine moscovite à fake news. L’IHU Méditerranée-Infection, le laboratoire du druide Panoraoultix. Le Frexit, une chaîne YouTube qui souhaite “ré-informer ses compatriotes”. Fils de Pangolin, un avocat au barreau en Allemagne aux théories loufoques. Sud Radio, avec des rediffusions d’André Bercoff, journaliste à l’objectivité en berne et dénoncée par le twittos @PaiPLe.

Publicité

La députée Martine Wonner, (qui a quitté le navire en perdition depuis) corrigée à plusieurs par des sites de Check News pour ses propos inexactes sur la COVID-19 notamment. Et sèchement recadrée par le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, à l’assemblée nationale.

Un oubli ?

Pour une association qui a fait du bon sens son cheval de bataille dans le débat public, le parti semble être déjà pris à la vision de ces vidéos. Un petit jeu qui se dévoile un peu plus chaque semaine. Les appels aux dons se multiplient, l’inscription de l’association de loi 1908 au tribunal de proximité se fait attendre. Des membres fondateurs quittent le navire, d’autres embarquent. Souhaitons leur bonne mer…ou pas

Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

* En laissant un commentaire, j'autorise le site a conserver mes données conformément à sa politique de confidentialité et la loi en vigueur.

Actualités, enquêtes, opinions et divertissement

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus