Démonetisation - YouTube
Démonetisation - YouTube

La politique de monétisation de YouTube est-elle faite pour protéger les YouTubers et leurs contenus ou bien les annonceurs ?

Une question qui coûte chère et qui revient souvent ces temps-ci. Dans la théorie, monétiser une vidéo YouTube est relativement simple. Il faut diffuser du contenu original et non offensant, autrement dit, des vidéos dont les images et la bande son vous appartiennent ou sont libres de droit et qui respectent les conditions d’utilisation (violence, drogue, nudité, harcèlement etc…).

Dans la pratique, c’est une toute autre affaire et de nombreux YouTubers en font les frais régulièrement. Pour la plupart d’entre eux, la monétisation représente leur unique source de revenu. C’est aussi la récompense d’un travail de dur labeur. Sauf quand YouTube en décide autrement en démonétisant des vidéos voir même en les supprimant (strike) alors même que leurs auteurs n’ont rien à se reprocher. Aujourd’hui, si vous passez un bref passage de quelques secondes d’un film dont vous n’êtes pas l’auteur, la vidéo ne sera pas monétisée (sauf si autorisation). La politique est donc appliquée stricto sensu. Là, pas de vraiment de problème, tout le monde sait ce qu’on risque en diffusant du contenu qui ne nous appartient pas. Idem pour la bande sonore avec les maisons de disques. Idem si vous diffuser le contenu d’un autre YouTuber.

Seulement voilà, certaines vidéos dont le contenu est intégralement original se voient démonétisées. Mais alors pourquoi ?

Le diktat des annonceurs.

Le dernier exemple en date d’une vidéo démonétisée à cause des annonceurs est celle de Mathieu Sommet du Curry Club.

“A cause d’une paire de faux seins en plastique”. Des semaines, voir des mois de travail qui ne seront pas récompensés car le contenu n’est pas “adapté aux annonceurs”. Rien de choquant pourtant dans cette vidéo humoristique du Curry Club. Youtube (Google) est obligé de se plier aux exigences des annonceurs sous peine de voir ses revenus de société multi-milliardaire diminuer légèrement. Comme si passer les conditions de monétisation YouTube n’était pas déjà assez difficile, les YouTubers doivent aussi se conformer aux caprices des annonceurs. La création originale a du souci à se faire si de telles pratiques perdurent.

YouTube déjà épinglé pour son sexisme

Dans un article de 20 minutes, l’association “Les Internettes” pointe du doigt les dérives sexistes de YouTube. Tout ce qui concerne le corps des femmes se voit systématiquement démonétisé dénonce l’association, alors même que certaines vidéos étaient sponsorisées. Leur mouvement #MonCorpsSurYoutube prend de plus en plus d’ampleur, espérons que les mentalités changent.

Le paradoxe YouTube

Si publier une vidéo monétisée revient à faire un numéro d’équilibriste pour qu’elle le reste, YouTube se montre beaucoup plus complaisant avec les chaînes pour enfants. Faire travailler ses enfants pour tourner des vidéos ne semble pas poser de problème pour la plateforme. Cette tranche d’âge est particulièrement source de revenu pour YouTube et les annonceurs. Le Roi Des Rats avait déjà tiré la sonnette d’alarme il y a 2 ans de cela avec une vidéo à charge. Comme tant d’autres dérives sur lesquelles YouTube ferme volontairement les yeux.

Il est risqué et difficile aujourd’hui pour un YouTuber de critiquer ouvertement la plateforme et ses annonceurs. En revanche, rien n’empêche aux internautes de dénoncer ces abus pour faire avancer la cause et prendre la défense des Youtubers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.